关闭

关闭

关闭

封号提示

内容

首页 daudet_lettres_de_mon_moulin

daudet_lettres_de_mon_moulin.pdf

daudet_lettres_de_mon_moulin

funny
2011-07-05 0人阅读 0 0 0 暂无简介 举报

简介:本文档为《daudet_lettres_de_mon_moulinpdf》,可适用于外语资料领域

AlphonseDaudetLETTRESDEMONMOULIN()Éditiondugroupe«Ebookslibresetgratuits»TabledesmatièresAmafemmeAvantproposInstallationLadiligencedeBeaucaireLesecretdeMaîtreCornilleLachèvredeMSeguinLesétoilesRécitd’unbergerprovençalL’ArlésienneLamuledupapeLepharedessanguinairesL’agoniedela«Sémillante»LesdouaniersLecurédeCucugnanLesvieuxBalladesenproseLamortdudauphinLesouspréfetauxchampsLeportefeuilledeBixiouLalégendedel’hommeàlacervelled’orLepoèteMistralLestroismessesbassesContedeNoëlLesorangesFantaisieLesdeuxaubergesAMilianahNotesdevoyageLessauterellesL’élixirdurévérendpèreGaucherEnCamargue–Ledépart–Lacabane–Al’espère(àl’affût)–Lerougeetleblanc–LeVaccarèsNostalgiesdecaserneÀproposdecetteéditionélectroniqueAmafemmeAvantproposPardevantmaîtreHonoratGrapazi,notaireàlarésidencedePampéngouste,AcomparuLesieurGaspardMitifio,épouxdeVivetteCornille,ménageraulieuditdesCigalièresetydemeurant:Lequelparcesprésentesavenduettransportésouslesgarantiesdedroitetdefait,etenfranchisedetoutesdettes,privilègesethypothèques,AusieurAlphonseDaudet,poète,demeurantàParis,àceprésentetceacceptantUnmoulinàventetàfarine,sisdanslavalléeduRhône,aupleincœurdeProvence,surunecôteboiséedepinsetdechênesvertsétantleditmoulinabandonnédepuisplusdevingtannéesethorsd’étatdemoudre,commeilappertdesvignessauvages,mousses,romarins,etautresverduresparasitesquiluigrimpentjusqu’auboutdesailesCenonobstant,telqu’ilestetsecomporte,avecsagranderouecassée,saplateformeoùl’herbepoussedanslesbriques,déclarelesieurDaudettrouverleditmoulinàsaconvenanceetpouvantserviràsestravauxdepoésie,l’accepteàsesrisquesetpérils,etsansaucunrecourscontrelevendeur,pourcausederéparationsquipourraientyêtrefaitesCetteventealieuenbloc,moyennantleprixconvenu,quelesieurDaudet,poète,amisetdéposésurlebureauenespècesdecours,lequelprixaétédesuitetouchéetretiréparlesieurMitifio,letoutàlavuedesnotairesetdestémoinssoussignés,dontquittancesousréserveActefaitàPampérigouste,etl’étudeHonorat,enprésencedeFrancetMamaï,joueurdefifre,etdeLouisetditleQuique,portecroixdespénitentsblancs:QuiontsignéaveclespartiesetlenotaireaprèslectureInstallationCesontleslapinsquiontétéétonnésDepuissilongtempsqu’ilsvoyaientlaportedumoulinfermée,lesmursetlaplateformeenvahisparlesherbes,ilsavaientfiniparcroirequelaracedesmeuniersétaitéteinte,et,trouvantlaplacebonne,ilsenavaientfaitquelquechosecommeunquartiergénéral,uncentred’opérationsstratégiques:lemoulindeJemmapesdeslapinsLanuitdemonarrivée,ilyenavaitbien,sansmentir,unevingtaineassisenrondsurlaplateforme,entraindesechaufferlespattesàunrayondeluneLetempsd’entrouvrirunelucarne,frrt!voilàlebivouacendéroute,ettouscespetitsderrièresblancsquidétalent,laqueueenl’air,danslefourréJ’espèrebienqu’ilsreviendrontQuelqu’undetrèsétonnéaussi,enmevoyant,c’estlelocatairedupremier,unvieuxhibousinistre,àtêtedepenseur,quihabitelemoulindepuisplusdevingtansJel’aitrouvédanslachambreduhaut,immobileetdroitsurl’arbredecouche,aumilieudesplâtras,destuilestombéesIlm’aregardéunmomentavecsonœilrondPuis,touteffarédenepasmereconnaître,ils’estmisàfaire:«Hou!hou!»etàsecouerpéniblementsesailesgrisesdepoussièrecesdiablesdepenseurs!çanesebrossejamaisN’importe!telqu’ilest,avecsesyeuxclignotantsetsaminerenfrognée,celocatairesilencieuxmeplaîtencoremieuxqu’unautre,etjemesuisempressédeluirenouvelersonbailIlgardecommedanslepassétoutlehautdumoulinavecuneentréeparletoit,moijemeréservelapiècedubas,unepetitepièceblanchieàlachaux,basseetvoûtéecommeunréfectoiredecouventC’estdelàquejevousécris,maportegrandeouverte,aubonsoleilUnjoliboisdepinstoutétincelantdelumièredégringoledevantmoijusqu’aubasdelacôteAl’horizon,lesAlpillesdécoupentleurscrêtesfinesPasdebruitApeine,deloinenloin,unsondefifre,uncourlisdansleslavandes,ungrelotdemulessurlarouteToutcebeaupaysageprovençalnevitqueparlalumièreEtmaintenant,commentvoulezvousquejeleregrette,votreParisbruyantetnoirJesuissibiendansmonmoulin!C’estsibienlecoinquejecherchais,unpetitcoinparfuméetchaud,àmilleLieuesdesjournaux,desfiacres,dubrouillard!Etquedejolieschosesautourdemoi!Ilyaàpeinehuitjoursquejesuisinstallé,j’aidéjàlatêtebourréed’impressionsetdesouvenirsTenez!pasplustardqu’hiersoir,j’aiassistéàlarentréedestroupeauxdansunmas(uneferme)quiestaubasdelacôte,etjevousjurequejenedonneraispascespectaclepourtouteslespremièresquevousavezeuesàPariscettesemaineJugezplutôtIlfautvousdirequ’enProvence,c’estl’usage,quandviennentleschaleurs,d’envoyerlebétaildanslesAlpesBêtesetgenspassentcinqousixmoislàhaut,logésàlabelleétoile,dansl’herbejusqu’auventrepuis,aupremierfrissondel’automne,onredescendaumas,etl’onrevientbrouterbourgeoisementlespetitescollinesgrisesqueparfumeleromarinDonchiersoirlestroupeauxrentraientDepuislematin,leportailattendait,ouvertàdeuxbattants,lesbergeriesétaientpleinesdepaillefraîcheD’heureenheureonsedisait:«Maintenant,ilssontàEyguières,maintenantauParadou»Puis,toutàcoup,verslesoir,ungrandcri:«Lesvoilà!»etlàbas,aulointain,nousvoyonsletroupeaus’avancerdansunegloiredepoussièreToutelaroutesemblemarcheravecluiLesvieuxbéliersviennentd’abord,lacorneenavant,l’airsauvagederrièreeuxlegrosdesmoutons,lesmèresunpeulasses,leursnourrissonsdanslespatteslesmulesàpomponsrougesportantdansdespanierslesagneletsd’unjourqu’ellesbercentenmarchantpuisleschienstoutsuants,avecdeslanguesjusqu’àterre,etdeuxgrandscoquinsdebergersdrapésdansdesmanteauxdecadisrouxquileurtombentsurlestalonscommedeschapesToutceladéfiledevantnousjoyeusementets’engouffresousleportail,enpiétinantavecunbruitd’averseIlfautvoirquelémoidanslamaisonDuhautdeleurperchoir,lesgrospaonsvertetor,àcrêtedetulle,ontreconnulesarrivantsetlesaccueillentparunformidablecoupdetrompetteLepoulailler,quis’endormait,seréveilleensursautToutlemondeestsurpied:pigeons,canards,dindons,pintadesLabassecourestcommefollelespouletsparlentdepasserlanuit!Ondiraitquechaquemoutonarapportédanssalaine,avecunparfumd’Alpesauvage,unpeudecetairvifdesmontagnesquigriseetquifaitdanserC’estaumilieudetoutcetrainqueletroupeaugagnesongîteRiendecharmantcommecetteinstallationLesvieuxbélierss’attendrissentenrevoyantleurcrècheLesagneaux,lestoutpetits,ceuxquisontnésdanslevoyageetn’ontjamaisvulaferme,regardentautourd’euxavecétonnementMaisleplustouchantencore,cesontleschiens,cesbraveschiensdeberger,toutaffairésaprèsleursbêtesetnevoyantqu’ellesdanslemasLechiendegardeabeaulesappelerdufonddesaniche:leseaudupuits,toutpleind’eaufraîche,abeauleurfairesigne:ilsneveulentrienvoir,rienentendre,avantquelebétailsoitrentré,legrosloquetpoussésurlapetiteporteàclairevoie,etlesbergersattablésdanslasallebasseAlorsseulementilsconsententàgagnerlechenil,etlà,toutenlapantleurécuelléedesoupe,ilsracontentàleurscamaradesdelafermecequ’ilsontfaitlàhautdanslamontagne,unpaysnoiroùilyadesloupsetdegrandesdigitalesdepourprepleinesderoséejusqu’aubordLadiligencedeBeaucaireC’étaitlejourdemonarrivéeiciJ’avaisprisladiligencedeBeaucaire,unebonnevieillepatachequin’apasgrandcheminàfaireavantd’êtrerenduechezelle,maisquiflânetoutlelongdelaroute,pouravoirl’air,lesoir,d’arriverdetrèsloinNousétionscinqsurl’impérialesanscompterleconducteurD’abordungardiendeCamargue,petithommetrapu,poilu,sentantlefauve,avecdegrosyeuxpleinsdesangetdesanneauxd’argentauxoreillespuisdeuxBeaucairois,unboulangeretsongindre,tousdeuxtrèsrouges,trèspoussifs,maisdesprofilssuperbes,deuxmédaillesromainesàl’effigiedeVitelliusEnfin,surledevant,prèsduconducteur,unhommenon!unecasquette,uneénormecasquetteenpeaudelapin,quinedisaitpasgrandchoseetregardaitlarouted’unairtristeTouscesgenslàseconnaissaiententreeuxetparlaienttouthautdeleursaffaires,trèslibrementLeCamarguaisracontaitqu’ilvenaitdeNîmes,mandéparlejuged’instructionpouruncoupdefourchedonnéàunbergerOnalesangvifenCamargueEtàBeaucairedonc!EstcequenosdeuxBeaucairoisnevoulaientpass’égorgeràproposdelaSainteViergeIlparaîtqueleboulangerétaitd’uneparoissedepuislongtempsvouéeàlamadone,cellequelesProvençauxappellentlabonnemèreetquiportelepetitJésusdanssesbraslegindre,aucontraire,chantaitaulutrind’uneéglisetouteneuvequis’étaitconsacréeàl’immaculéeConception,cettebelleimagesouriantequ’onreprésentelesbraspendants,lesmainspleinesderayonsLaquerellevenaitdelàIlfallaitvoircommecesdeuxbonscatholiquessetraitaient,euxetleursmadones:«Elleestjolie,tonimmaculée!–Vat’endoncavectabonnemère!–Elleenavudegrises,latienne,enPalestine!–Etlatienne,hou!lalaide!Quisaitcequ’ellen’apasfaitDemandeplutôtàsaintJoseph»PoursecroiresurleportdeNaples,ilnemanquaitplusquedevoirluirelescouteaux,etmafoi,jecroisbienquecebeautournoithéologiqueseseraitterminéparlàsileconducteurn’étaitpasintervenu«Laisseznousdonctranquillesavecvosmadones,ditilenriantauxBeaucairois:tousça,c’estdeshistoiresdefemmes,leshommesnedoiventpass’enmêler»Làdessus,ilfitclaquersonfouetd’unpetitairsceptiquequirangeatoutlemondedesonavisLadiscussionétaitfiniemaisleboulanger,misentrain,avaitbesoindedépenserlerestantdesaverve,et,setournantverslamalheureusecasquette,silencieuseettristedanssoncoin,illuivintd’unairgoguenard:«Ettafemme,àtoi,rémouleurPourquelleparoissetientelle»Ilfautcroirequ’ilyavaitdanscettephraseuneintentiontrèscomique,carl’impérialetoutentièrepartitd’ungroséclatderireLerémouleurneriaitpas,luiIln’avaitpasl’aird’entendreVoyantcela,leboulangersetournademoncôté:«Vousnelaconnaissezpassafemme,monsieurunedrôledeparoissienne,allez!Iln’yenapasdeuxcommeelledansBeaucaire»LesriresredoublèrentLerémouleurnebougeapasilsecontentadediretoutbas,sansleverlatête:«Taistoi,boulanger»Maiscediabledeboulangern’avaitpasenviedesetaire,etilrepritdeplusbelle:«Viédase!Lecamaraden’estpasàplaindred’avoirunefemmecommecellelàPasmoyendes’ennuyerunmomentavecellePensezdonc!unebellequisefaitenlevertouslessixmois,elleatoujoursquelquechoseàvousraconterquandellerevientC’estégal,c’estundrôledepetitménageFigurezvous,monsieur,qu’ilsn’étaientpasmariésdepuisunan,paf!voilàlafemmequipartenEspagneavecunmarchanddechocolat«LemariresteseulchezluiàpleureretàboireIlétaitcommefouAuboutdequelquetemps,labelleestrevenuedanslepays,habilléeenEspagnoleavecunpetittambouràgrelotsNousluidisionstous:«–Cachetoiilvatetuer»«Ah!benouilatuerIlssesontremisensemblebientranquillement,etelleluiaapprisàjouerdutambourdebasque»IlyeutunenouvelleexplosionderiresDanssoncoin,sansleverlatête,lerémouleurmurmuraencore:«Taistoi,boulanger»Leboulangern’ypritpasgardeetcontinua:«Vouscroyezpeutêtre,monsieur,qu’aprèssonretourd’Espagnelabelles’esttenuetranquilleAh!maisnonSonmariavaitsibienprislachose!ÇaluiadonnéenviederecommencerAprèsl’Espagne,ç’aétéunofficier,puisunmarinierduRhône,puisunmusicien,puisunEstcequejesaisCequ’ilyadebon,c’estquechaquefoisc’estlamêmecomédieLafemmepart,lemaripleureellerevient,ilseconsoleEttoujoursonlaluienlève,ettoujoursillareprendCroyezvousqu’iladelapatience,cemarilà!Ilfautdireaussiqu’elleestcrânementjolie,lapetiterémouleuseunvraimorceaudecardinal:vive,mignonne,bienrouléeavecça,unepeaublancheetdesyeuxcouleurdenoisettequiregardenttoujoursleshommesenriantMafoi!monParisien,sivousrepassezjamaisparBeaucaire–Oh!taistoi,boulanger,jet’enprie»,fitencoreunefoislepauvrerémouleuravecuneexpressiondevoixdéchiranteAcemoment,ladiligences’arrêtaNousétionsaumasdesAngloresC’estlàquelesdeuxBeaucairoisdescendaient,etjevousjureque,jenelesretinspasFarceurdeboulanger!Ilétaitdanslacourdumasqu’onl’entendaitrireencoreCesgenslàpartis,l’impérialesemblavideOnavaitlaisséleCamarguaisàArlesleconducteurmarchaitsurlarouteàcôtédeseschevauxNousétionsseulslàhaut,lerémouleuretmoi,chacundansnotrecoin,sansparlerIlfaisaitchaudlecuirdelacapotebrûlaitParmoments,jesentaismesyeuxsefermeretmatêtedevenirlourdemaisimpossiblededormirJ’avaistoujoursdanslesoreillesce«Taistoi,jet’enprie»,sinavrantetsidouxNiluinonplus,lepauvrehomme!ilnedormaitpasDederrière,jevoyaissesgrossesépaulesfrissonner,etsamain–unelonguemainblafardeetbête–tremblersurledosdelabanquette,commeunemaindevieuxIlpleurait«Vousvoilàchezvous,Parisien!»mecriatoutàcoupleconducteuretduboutdesonfouetilmemontraitmacollineverteaveclemoulinpiquédessuscommeungrospapillonJem’empressaidedescendreEnpassantprèsdurémouleur,j’essayaideregardersoussacasquette!j’auraisvoululevoiravantdepartirCommes’ilavaitcomprismapensée,lemalheureuxlevabrusquementlatête,et,plantantsonregarddanslemien:«Regardezmoibien,l’ami,meditild’unevoixsourde,etsiundecesjoursvousapprenezqu’ilyaeuunmalheuràBeaucaire,vouspourrezdirequevousconnaissezceluiquiafaitlecoup»C’étaitunefigureéteinteettriste,avecdepetitsyeuxfanésIlyavaitdeslarmesdanscesyeux,maisdanscettevoixilyavaitdelahaineLahaine,c’estlacolèredesfaiblesSij’étaisrémouleuse,jememéfieraisLesecretdeMaîtreCornilleFrancetMamaï,unvieuxjoueurdefifre,quivientdetempsentempsfairelaveilléechezmoi,enbuvantduvincuit,m’aracontél’autresoirunpetitdramedevillagedontmonmoulinaététémoinilyaquelquevingtansLerécitdubonhommem’atouché,etjevaisessayerdevouslerediretelquejel’aientenduImaginezvouspourunmoment,cherslecteurs,quevousêtesassisdevantunpotdevintoutparfumé,etquec’estunvieuxjoueurdefifrequivousparle«Notrepays,monbonmonsieur,n’apastoujoursétéunendroitmortetsansrefrainscommeilestaujourd’huiAutretemps,ils’yfaisaitungrandcommercedemeunerie,et,dixlieuesàlaronde,lesgensdesmasnousapportaientleurbléàmoudreToutautourduvillage,lescollinesétaientcouvertesdemoulinsàventDedroiteetdegauche,onnevoyaitquedesailesquiviraientaumistralpardessuslespins,desribambellesdepetitsâneschargésdesacs,montantetdévalantlelongdescheminsettoutelasemainec’étaitplaisird’entendresurlahauteurlebruitdesfouets,lecraquementdelatoileetleDia,hue!desaidesmeuniersLedimanchenousallionsauxmoulins,parbandesLàhaut,lesmeunierspayaientlemuscatLesmeunièresétaientbellescommedesreines,avecleursfichusdedentellesetleurscroixd’orMoi,j’apportaismonfifre,etjusqu’àlanoirenuitondansaitdesfarandolesCesmoulinslà,voyezvous,faisaientlajoieetlarichessedenotrepays«Malheureusement,desFrançaisdePariseurentl’idéed’établirune

用户评价(0)

关闭

新课改视野下建构高中语文教学实验成果报告(32KB)

抱歉,积分不足下载失败,请稍后再试!

提示

试读已结束,如需要继续阅读或者下载,敬请购买!

评分:

/34

1下载券

立即下载

扫码寻找文档

送下载券

加入VIP

意见
反馈

立即扫码关注

爱问共享资料微信公众号

返回
顶部

举报
资料