关闭

关闭

关闭

封号提示

内容

首页 [那耀眼的黑暗].(Cette.Aveuglante.Absence.de.Lumière).…

[那耀眼的黑暗].(Cette.Aveuglante.Absence.de.Lumière).(摩洛哥).塔哈尔·本·杰伦.扫描版.pdf

[那耀眼的黑暗].(Cette.Aveuglante.Abse…

蘇菲魚 2011-07-02 评分 0 浏览量 0 0 0 0 暂无简介 简介 举报

简介:本文档为《[那耀眼的黑暗].(Cette.Aveuglante.Absence.de.Lumière).(摩洛哥).塔哈尔·本·杰伦.扫描版pdf》,可适用于外语资料领域,主题内容包含CETTEAVEUGLANTEABSENCEDELUMIÈRELongtempsj'aicherchélapierrenoirequipurifie符等。

CETTEAVEUGLANTEABSENCEDELUMIÈRELongtempsj'aicherchélapierrenoirequipurifiel'âmedelamortQuandjedislongtemps,jepenseàunpuitssansfond,àuntunnelcreuséavecmesdoigts,avecmesdents,dansl'espoirtêtud'apercevoirneseraitcequ'uneminute,unelongueetéternelleminute,unrayondelumière,uneétincellequis'imprimeraitaufonddemonœil,quemesentraillesgarderaient,protégéecommeunsecretElleseraitlà,habiteraitmapoitrineetnourriraitl'infinidemesnuits,là,danscettetombe,aufonddelaterrehumide,sentantl'hommevidédesonhumanitéàcoupsdepelleluiarrachantlapeau,luiretirantleregard,lavoix,laraisonCeromanesttirédefaitsréelsetinspiréparletémoignaged'unanciendétenudubagnedeTazmamartÉcrivainmarocaindelanguefrançaise,TaharBenJellounestnéenIlapubliédenombreuxromans,recueilsdepoèmesetessaisliaobtenuleprixConcourtenpourLaNuitsacréeTEXTEINTÉGRALISBN(ISBN,*publication)ÉditionsduSeuil,janvierLeCodedelapropriétéintellectuelleinterditlescopiesoureproductionsdestinéesàuneutilisationcollectiveToutereprésentationoureproductionintégraleoupartiellefaiteparquelqueprocédéquecesok,sansleconsencementdel'auteuroudesesayantscause,estilliciteetconstitueunecontrefaçonsanctionnéeparlesartidesLetsuivantsduCodedelapropriétéintellectuellewvmseuilxomTaharBenJellounCETTEAVEUGLANTEABSENCEDELUMIÈREROMANÉditionsduSeuilCeromanesttirédéfaitsréelsinspirésparletémoignaged'unanciendétenudubagnedeTazmamartIlestdédiéàAzizainsiqu'àRéda,sonjeunefils,lumièredesatroisièmevieLongtempsj'aicherchélapierrenoirequipurifieTâmedelamortQuandjedislongtemps,jepenseàunpuitssansfond,àuntunnelcreuséavecmesdoigts,avecmesdents,dansl'espoirtêtud'apercevoir,neseraitcequ'uneminute,unelongueetéternelleminute,unrayondelumière,uneétincellequis'imprimeraitaufonddemonœil,quemesentraillesgarderaient,protégéecommeunsecretElleseraitlà,habiteraitmapoitrineetnourriraitl'infinidemesnuits,là,danscettetombe,aufonddelaterrehumide,sentantl'hommevidédesonhumanitéàcoupsdepelleluiarrachantlapeau,luiretirantleregard,lavoixetlaraisonMaisquefairedelaraison,làoùnousavonsétéenterrés,jeveuxdiremissousterre,ennouslaissantuntroupourlarespirationnécessaire,pourvivreassezdetemps,assezdenuitspourexpierlafaute,mettantlamortdansunelenteursubtile,unemortquidevaitprendresontemps,toutletempsdeshommes,ceuxquenousn'étionsplus,etceuxquinousgardaientencore,etceuxquinousavaienttotalementoubliésAh,lalenteur!l'ennemiprincipal,celuiquienrobaitnotrepeaumeurtrie,donnantbeaucoupdetempsàlablessureouverteavantdecommenceràsecicatrisercettelenteurquifaisaitbattrenotrecœuraurythmepaisibledelapetitemort,commesinousdevionsnouséteindre,unebougiealluméeloindenousetquiseconsumaitavecladouceurdubonheurJepensaissouventàcettebougie,faitenonpasdeciremaisd'unematièreinconnuequidonnel'illusiondelaflammeéternelle,signesymboliquedenotresurvieJepensaisaussiàunsabliergéant,oùchaquegraindesableétaitungraindenotrepeau,unegouttedenotresang,unepetitepoignéed'oxygènequenousperdionsaufuretàmesurequeletempsdescendaitverslegouffreoùnousétionsMaisoùétionsnousNousétionsarrivéslàsansnotreregardÉtaitcelanuitProbablementLanuitseranotrecompagne,notreterritoire,notremondeetnotrecimetièreCefutlapremièreinformationquejereçusMasurvie,mestortures,monagonieétaientinscritessurlevoiledelanuitJelesustoutdesuiteOndiraitquejel'avaistoujourssuLanuit,ah!macouverturedepoussièregelée,monétendued'arbresnoirsqu'unventglacialremuaitjustepourfairemalàmesjambes,àmesdoigtsécrasésparlacrossed'unpistoletmitrailleurLanuitnetombaitpas,commeondit,elleétaitlà,toutletempsreinedenossouffrances,ellelesexposaitànotresensibilité,aucasoùnousaurionsréussiàneplusrienressentir,commefaisaientcertainstorturésensedégageantdeleurcorpsparuneffortdeconcentrationtrèspuissant,cequileurpermettaitdeneplussouffrirIlsabandonnaientleurcorpsauxtortionnairesetpartaientoubliertoutceladansuneprièreouunrepliintérieurLanuitnoushabillaitDansunautremonde,ondiraitqu'elleétaitauxpetitssoinsavecnousSurtoutpasdelumièreJamaislemoindrefiletdelumièreMaisnosyeux,mêmes'ilsavaientperduleregard,s'étaientadaptésNousvoyionsdanslesténèbres,ounouscroyionsvoirNosimagesétaientdesombressedéplaçantdanslenoir,bousculantlesunsetlesautres,allantjusqu'àrenverserlacarafed'eau,oudéplacerlemorceaudepainrassisquecertainsgardaientpourparerauxcrampesd'estomacLanuitn'étaitpluslanuit,puisqu'ellen'avaitplusdejour,plusd'étoiles,plusdelune,plusdecielNousétionslanuitNocturnesdéfinitivement,noscorps,notrerespiration,lesbattementsdecœur,lestâtonnementsdenosmainsallantd'unmuràl'autresansfaired'effort,l'espaceétantréduitauxdimensionsd'unetombepourunvivantchaquefoisquejeprononcecemot,jedevraisleremplacerparsurvivant,maisenvéritéj'étaisunvivant,supportantlaviedansl'extrêmedénuement,dansl'épreuvedontlafinnepouvaitêtrequelamort,maistoutcelaressembleétrangementàlavieNousn'étionspasdansn'importequellenuitLanôtreétaithumide,trèshumide,poisseuse,sale,moite,sentantl'urinedeshommesetdesrats,unenuitvenueànoussurunchevalgrissuiviparunemeutedechiensenragésElleavaitjetésonmanteaulourdsurnosvisagesqueplusrienn'étonnait,unmanteauoùiln'yavaitmêmepasdepetitstrouslaissésparlesmites,non,c'étaitunmanteaudesablemouilléDelaterremélangéeauxexcrémentsdetoutessortesd'animauxsedéposasurnotrepeau,commesinotreenterrementétaitterminéNon,leventquisoufflaitdanslemanteaunousdonnaitunpeud'airpourquenousnemourrionspastoutdesuite,justedequoinousmaintenirloindelavieettoutprèsdelamortCemanteaupesaitdestonnesInvisibleetpourtantpalpableMesdoigtsperdaientleurpeauquandjeletouchaisJecachaismesmainsderrièremondospourneplusêtreencontactaveclanuitJelesprotégeaisainsi,maisquedefoislefroidducimentmouillém'obligeaàchangerdeposition,memettantàplatventre,latêteécraséecontrelesol,préférantavoirmalaufrontqu'auxmainsIlyavaitdoncdespréférencesentredeuxdouleursPasvraimentToutlecorpsdevaitsouffrir,chaquepartie,sansexception,Latombeaétéaménagée(encoreunmotdelavie,maisilfautbiencontinueràemprunteràlaviedepetiteschoses)detellesortequelecorpssubissetouteslessouffrancesimaginables,qu'illesendureaveclapluslentedeslenteurs,etqu'ilsemaintienneenviepoursubird'autresdouleursEnfait,latombeétaitunecelluledetroismètresdelongsurunmètreetdemidelargeElleétaitsurtoutbasse,entreunmètrecinquanteetunmètresoixanteJenepouvaispasmemettredeboutUntroupourpisseretchierUntroudedixcentimètresdediamètreLetroufaisaitpartiedenotrecorpsIlfallaittrèsviteoubliersonexistence,neplussentirlesodeursdemerdeetd'urine,neplussentirdutoutPasquestiondeseboucherlenez,non,ilfallaitgarderlenezouvertetneplusriensentirAudébut,c'étaitdifficileC'étaitunapprentissage,unefolienécessaire,uneépreuveàréussirabsolumentÊtrelàsansêtrelàFermersessens,lesdirigerailleurs,leurdonneruneautrevie,commesij'avaisétéjetédanscettefossesansmescinqsensC'étaitcela:fairecommesijelesavaisdéposésdansuneconsignedegare,rangésdansunepetitevalise,bienenveloppésdansducotonoudelasoie,etpuismisdecôtéàl'insudestortionnaires,àl'insudetoutlemondeUnparisurl'avenirJetombaidanslafossecommeunsacdesable,commeunpaquetàapparencehumaine,jetombaietjeneressentaisrien,jenesentaisrienetjen'avaismalepartNon,cetétatlà,jenel'atteignisqu'aprèsdesannéesdesouffrancesJecroismêmequeladouleurm'avaitaidéÀforced'avoirmal,àforcedesupplice,j'avaisréussilentementàmedétacherdemoncorpsetàmevoirluttercontrelesscorpionsdanscettefosseJ'étaisaudessusJ'étaisdel'autrecôtédelanuitMaisavantd'yarriver,j'aidûmarcherdessièclesdanslanuitdutunnelinfiniNousn'avionspasdelit,pasmêmeunmorceaudemousseenguisedematelas,pasmêmeunebottedefoinoud'alfasurlaquelledormentlesanimauxOnnousdistribuachacundeuxcouverturesgrisessurlesquellesétaitimprimélechiffreÉtaitceTannéedeleurconfectionoubienuneréférencespécifiquepourlescondamnésàlamortlenteLégèresetsolides,ellessentaientl'hôpitalEllesavaientdûêtretrempéesdansunproduitdésinfectantIlfallaits'yhabituerL'été,ellesn'étaientpastrèsutilesEnrevanche,l'hiver,ellesétaientinsuffisantesJepliail'uneetenfisunmatelastrèsétroitJedormaissurlecôtéLorsquejevoulaischangerdecôté,jemelevaispournepasdéfairelesplisSystématiquement,surtoutaudébut,jemecognaislatêtecontreleplafondJem'enveloppaisdansl'autrecouvertureetjerespiraisledésinfectantquimedonnaitd'étrangescéphaléesC'étaientdescouverturesempoisonnées!Quedefoisjemesuispersuadéquelaterreallaits'ouvriretm'engloutir!ToutavaitététrèsbienétudiéAinsi,nousavionsdroitàcinqlitresd'eauparjourQuileuravaitcommuniquécechiffreProbablementdesmédecinsD'ailleursl'eaun'étaitpasvraimentpotableJ'avaisunecarafeenplastiqueoùjeversaisdel'eauetlalaissaisdécantertouteunejournéeAufonddelacarafe,ilyavaitundépôtdepoussièreetdesaletésvisqueusesPuisqu'ilsavaienttoutprévu,peutêtreavaientilsposéladalledelacelluledesortequ'ellebasculeaprèsquelquesmoisouquelquesannéesetnousjettedanslafossecommunequiauraitétécreuséejustesouslebâtimentDepuislanuitdujuillet,jen'aiplusd'âgeJen'ainivieilli,nirajeuniJ'aiperdumonâgeIln'estpluslisiblesurmonvisageEnfait,jenesuispluslàpourluidonnerunvisageJemesuisarrêtéducôtédunéant,làoùletempsestaboli,renduauvent,livréàcetteimmenseplagededrapblancquesecoueunebriselégère,donnéaucielvidédesesastres,desesimages,desrêvesd'enfancequiytrouvaientrefuge,vidédetout,mêmedeDieuJemesuismisdececôtécipourapprendreL'oubli,maisjen'aijamaisréussiàêtreentièrementdanslenéant,pasmêmeenpenséeLemalheurestarrivécommeuneévidence,unebourrasque,unjouroùlecielétaitbleu,tellementbleuquemesyeuxéblouisperdirentlavuependantquelquessecondes,matêteétourdiepenchaitcommesielleallaittomberJesavaisquecejourlàallaitêtrelejourdubleutachédesangJelesavaissiintimementquejefismesablutionsetpriaidansuncoindelachambréeoùrégnaitunsilenceétouffantJefismêmeuneprièresupplémentairepourl'adieuàlavie,auprintemps,àlafamille,auxamis,auxrêves,auxvivantsSurlacollined'enface,unânemeregardaitaveccetairdésoléettristequ'ontlesbêtesquivoudraientcompatiràlapeinedeshumainsJemedis:Aumoinsluinesaitpasquelecielestbleuetiln'apasdesangàverserQuisesouvientencoredesmursblancsdupalaisdeSkhirateQuisesouvientdusangsurlesnappes,dusangsurlegazond'unvertvifIlyeutunmélangebrutaldecouleursLebleun'étaitplusdansleciel,lerougen'étaitplussurlescorps,lesoleilléchaitlesangavecunerapiditéinhabituelle,etnous,nousavionsdeslarmesdanslesyeuxEllescoulaienttoutesseulesettrempaientnosmainsquin'arrivaientplusàtenirunearmeNousétionsailleurs,peutêtredansl'audelà,làoùlesyeuxrévulsésquittentlevisagepourselogerdanslanuqueNosyeuxétaientblancsNousnevoyionspluslecielnilamerUnventfraisnouscaressaitlapeauLebruitdesdétonationsserépétaitàl'infiniLongtempsilnouspoursuivraNousn'entendronsplusqueçaNosoreillesétaientoccupéesJenesaisplussinousnousrendîmesàlagarderoyale,cellequitraquaitlesrebelles,ousinousfûmesarrêtésetdésarméspardesofficiersquiavaientchangédecampquandleventtournaNousn'avionsrienàdireNousn'étionsquedessoldats,despions,dessousofficierspasassezimportantspourprendredesinitiativesNousétionsdescorpsquiavaientfroiddanslachaleurdecetétéMainsattachéesderrièreledos,nousétionsjetésdansdescamionsoùmortsetblessésétaiententassésMatêteétaitcoincéeentredeuxsoldatsmortsLeursangentraitdansmesyeuxDétaitchaudIlsavaienttouslesdeuxlâchémerdeeturineAvaisjeencoredroitaudégoûtJevomisdelabileÀquoipenseunhommequandlesangdesautrescoulesursafigureÀunefleur,àl'ânesurlacolline,àunenfantjouantaumousquetaireavecunbâtonpourépéePeutêtrequ'ilnepenseplusIlessaiedequittersoncorps,denepasêtrelà,decroirequ'ildortetqu'ilfaituntrèsmauvaisrêveNon,jesavaisquecen'étaitpasunrêveMespenséesétaientclairesJetremblaisdetousmesmembresJenemebouchaipaslenezJerespiraislevomietlamortàpleinspoumonsJevoulaismourirasphyxiéJ'essayaid'introduirematêtedansunsacenplastiqueposéprèsdescadavresJeneréussisqu'àsusciterlacolèred'unsoldatquim'assommad'uncoupdepieddanslanuqueEnperdantconnaissance,jenesentaispluslapuanteurdescadavresJenesentaisplusrienJ'étaisdélivréUncoupdecrossedanslestibiasmeréveillaOùétionsnousIlfaisaitfroidPeutêtredanslamorguedel'hôpitalmilitairedeRabatLetrientrelesvivantsetlesmortsn'avaitpasétéfaitCertainsgémissaient,d'autressecognaientlatêtecontrelemur,injuriantledestin,lareligion,l'arméeetlesoleilIlsdisaientquelecoupd'EtatavaitratéàcausedusoleilIlétaittropfort,troplumineuxD'autrescriaient:Maisquelcoupd'ÉtatNotredeviseestdansnotresang:"Allah,laPatrie,leRoi",IlsrépétaientceslogancommeunelitaniequirachèteraitleurtrahisonJemetaisaisJenepensaisàrienJ'essayaisdemefondredanslenéantetdeneplusrienentendreouressentirAubâtimentB,nousétionsvingttrois,chacundansunecelluleEnplusdutroucreusédanslesolpourfairesesbesoins,ilyenavaitunautreaudessusdelaporteenferpourlaisserpasserl'airNousn'avionsplusdenom,plusdepasséetplusd'avenirNousavionsétédépouillésdetoutIlnousrestaitlapeauetlatêtePastousLenumérofutlepremieràperdrelaraisonIldevinttrèsviteindifférentIlbrûlalesétapesIlentradanslepavillondelagrandedouleurendéposantsatêteoucequienrestaitàlaporteducampCertainsprétendirentl'avoirvufairelegestededéboîtersatêteetsepencherpourl'enfouirentredeuxgrossespierresIlentralibreRiennel'atteignaitIlparlaittoutseul,sansjamaiss'arrêterMêmequandildormait,seslèvrescontinuaientàbredouillerdesmotsincompréhensiblesNousrefusionsdenousappelerentrenousautrementqueparnosnomsetprénomsCequinousétaitinterditLenuméros'appelaitHamidIlétaitminceettrèsgrand,lapeaumateIlétaitlefilsd'unadjudantquiavaitperduunbrasenIndochineL'arméeavaitprisenchargel'éducationdesesenfantsquidevinrenttousmilitairesHamidvoulaitêtrepilotedeligneetrêvaitdequitterl'arméeLejour,ilétaitimpossibledelefairetaireSondélirenousrassuraitunpeuNousétionsencorecapablesderéagir,devouloirentendreundiscourslogique,desmotsquinousferaientréfléchir,sourireoumêmeespérerNoussavionsqueHamidétaitpartiailleursIlnousavaitquittésIlnenousvoyaitplusninenousentendaitSesyeuxfixaientleplafondpendantqu'ilparlaitHamidétaitenquelquesortenotreavenirprobable,mêmesionnousavaitassezrépétéquelefuturn'existaitpluspournousPeutêtredesmédecinsTavaientilsdroguéafindelerendrefouetnousl'avaientenvoyécommeexempledecequipourraitnousarriverC'étaitpossible,car,durantlesmoispassésdansdescavesàsubirtoutessortesdetortures,certainsperdirentlavie,etd'autres,commeHamid,laraisonSavoixrésonnaitdanslesténèbresDetempsentemps,nousreconnaissionsunmotoumêmeunephrase:papillon,pupilledelapassion,paspossible,popeline,poussette,poussoir,paladie,prèspalade,pourirdepainetdepoifC'étaitlejourdelalettrePLesgardienslelaissaientparler,comptantsurnotreexaspérationafinderendresaprésenceencorepluspéniblePournepasfaireleurjeu,Gharbi,lenuméro,semitàréciterleCoran,qu'ilconnaissaitparcœurIll'avaitapprisàl'écolecoraniquecommelaplupartd'entrenous,saufqueluisedestinaitàêtrelemuftidelacaserneIlavaitmêmeparticipéàunconcoursderécitantsetobtenuletroisièmeprixC'étaitunbonmusulman,ilnemanquaitpassesprièresetlisaittoujoursquelquesversetsavantdedormirOnl'appelait,àl'Écoledesélèvesofficiers,l'Ustad,leMaîtreQuandl'UstadsemitàréciterleCoran,lavoixdeHamidsefitdeplusenplusbasse,jusqu'às'éteindreOnauraitditquelalecturedulivresaintl'apaisait,oudumoinsdifféraitsondélireAumomentoùl'Ustadtermina,enprononçantlaformuleAinsilaparoledeDieuleTrèsPuissantestVérité,Hamidrepritsondiscoursaveclamêmevéhémence,lemêmerythmelancinant,lamêmeconfusionPersonnen'osaitintervenirIlavaitbesoindesortirtouscesmotsenarabeetenfrançaisC'étaitsafaçondenousquitter,des'isoleretd'appelerlamortEllevintleprendrelorsqu'ilentraentranseetsecognaplusieursfoislatêtecontrelemurIlpoussaunlongcri,puisnousn'entendîmesplusnisavoixnisonsouffleL'UstadditlapremièresourateduCoranIlchantaplutôtC'étaitbeauLesilencequirégnaensuiteétaitmagnifiqueL'Ustadfutdésignépournégocieraveclesgardeslesconditionsdel'enterrementdeHamidCefutlongetcompliquéIlfallaitenréféreraucommandantducamp,lequeldevaitattendrelesordresdelacapitaleIlsvoulaientjeterlecorpsdansunefosse,sanscérémonie,sansprière,sanslectureduCoranNotrepremieractedérésistanceconsistaàréclamerunenterrementdignepourl'undenousNousétionsvingtdeuxvivantsautourdececorps,dontlavoixrésonnaitencoredansnostêtesNousinvoquâmeslatraditionmusulmane,quidésapprouvel'enterrementdifféré,lesoleilnedevantsecoucherqu'unefoissurledéfuntIlfallaitfai

用户评论(0)

0/200

精彩专题

上传我的资料

每篇奖励 +1积分

资料评分:

/49
仅支持在线阅读

意见
反馈

立即扫码关注

爱问共享资料微信公众号

返回
顶部

举报
资料