关闭

关闭

封号提示

内容

首页 [玛戈王后].(La.Reine.Margot).(法)大仲马.文字版.pdf

[玛戈王后].(La.Reine.Margot).(法)大仲马.文字版.pdf

[玛戈王后].(La.Reine.Margot).(法)大仲马…

上传者: 蘇菲魚 2011-07-02 评分 0 0 0 0 0 0 暂无简介 简介 举报

简介:本文档为《[玛戈王后].(La.Reine.Margot).(法)大仲马.文字版pdf》,可适用于外语资料领域,主题内容包含LaReineMargotDumas,AlexandrePublished:Type(s):Novels,HistorySource:http:ww符等。

LaReineMargotDumas,AlexandrePublished:Type(s):Novels,HistorySource:http:wwwebooksgratuitscomAproposdeDumas:AlexandreDumas,père,bornDumasDavydelaPailleterie(July,–December,)wasaFrenchwriter,bestknownforhisnumeroushistoricalnovelsofhighadventurewhichhavemadehimoneofthemostwidelyreadFrenchauthorsintheworldManyofhisnovels,includingTheCountofMonteCristo,TheThreeMusketeers,andTheManintheIronMaskwereserialized,andhealsowroteplaysandmagazinearticlesandwasaprolificcorrespondentSource:WikipediaDisponiblesurFeedbookspourDumas:•LesTroismousquetaires()•Vingtansaprès()Note:ThisbookisbroughttoyoubyFeedbookshttp:wwwfeedbookscomStrictlyforpersonaluse,donotusethisfileforcommercialpurposesPartieChapitreLelatindeMdeGuiseLelundi,dixhuitièmejourdumoisd’août,ilyavaitgrandefêteauLouvreLesfenêtresdelavieilledemeureroyale,ordinairementsisombres,étaientardemmentéclairéeslesplacesetlesruesattenantes,habituellementsisolitaires,dèsqueneufheuressonnaientàSaintGermainl’Auxerrois,étaient,quoiqu’ilfûtminuit,encombréesdepopulaireToutceconcoursmenaçant,pressé,bruyant,ressemblait,dansl’obscurité,àunemersombreethouleusedontchaqueflotfaisaitunevaguegrondantecettemer,épanduesurlequai,oùellesedégorgeaitparlaruedesFossésSaintGermainetparlaruedel’Astruce,venaitbattredesonfluxlepieddesmursduLouvreetdesonrefluxlabasedel’hôteldeBourbonquis’élevaitenfaceIlyavait,malgrélafêteroyale,etmêmepeutêtreàcausedelafêteroyale,quelquechosedemenaçantdanscepeuple,carilnesedoutaitpasquecettesolennité,àlaquelleilassistaitcommespectateur,n’étaitquelepréluded’uneautreremiseàhuitaine,etàlaquelleilseraitconviéets’ébattraitdetoutsoncœurLacourcélébraitlesnocesdemadameMargueritedeValois,filleduroiHenriIIetsœurduroiCharlesIX,avecHenrideBourbon,roideNavarreEneffet,lematinmême,lecardinaldeBourbonavaitunilesdeuxépouxaveclecérémonialusitépourlesnocesdesfillesdeFrance,surunthéâtredresséàlaportedeNotreDameCemariageavaitétonnétoutlemondeetavaitfortdonnéàsongeràquelquesunsquivoyaientplusclairquelesautresoncomprenaitpeulerapprochementdedeuxpartisaussihaineuxquel’étaientàcetteheurelepartiprotestantetleparticatholique:onsedemandaitcommentlejeuneprincedeCondépardonneraitauducd’Anjou,frèreduroi,lamortdesonpèreassassinéàJarnacparMontesquiouOnsedemandaitcommentlejeuneducdeGuisepardonneraitàl’amiraldeColignylamortdusienassassinéàOrléansparPoltrotduMéréIlyaplus:JeannedeNavarre,lacourageuseépousedufaibleAntoinedeBourbon,quiavaitamenésonfilsHenriauxroyalesfiançaillesquil’attendaient,étaitmorteilyavaitdeuxmoisàpeine,etdesinguliersbruitss’étaientrépandussurcettemortsubitePartoutondisaittoutbas,etenquelqueslieuxtouthaut,qu’unsecretterribleavaitétésurprisparelle,etqueCatherinedeMédicis,craignantlarévélationdecesecret,l’avaitempoisonnéeavecdesgantsdesenteurquiavaientétéconfectionnésparunnomméRené,FlorentinforthabiledanscessortesdematièresCebruits’étaitd’autantplusrépanduetconfirmé,qu’aprèslamortdecettegrandereine,surlademandedesonfils,deuxmédecins,desquelsétaitlefameuxAmbroiseParé,avaientétéautorisésàouvriretàétudierlecorps,maisnonlecerveauOr,commec’étaitparl’odoratqu’avaitétéempoisonnéeJeannedeNavarre,c’étaitlecerveau,seulepartieducorpsexcluedel’autopsie,quidevaitoffrirlestracesducrimeNousdisonscrime,carpersonnenedoutaitqu’uncrimen’eûtétécommisCen’étaitpastout:leroiCharles,particulièrement,avaitmisàcemariage,quinonseulementrétablissaitlapaixdanssonroyaume,maisencoreattiraitàParislesprincipauxhuguenotsdeFrance,unepersistancequiressemblaitàdel’entêtementCommelesdeuxfiancésappartenaient,l’unàlareligioncatholique,l’autreàlareligionréformée,onavaitétéobligédes’adresserpourladispenseàGrégoireXIII,quitenaitalorslesiègedeRomeLadispensetardait,etceretardinquiétaitfortlafeuereinedeNavarreelleavaitunjourexpriméàCharlesIXsescraintesquecettedispensen’arrivâtpoint,ceàquoileroiavaitrépondu:–N’ayezsouci,mabonnetante,jevoushonoreplusquelepape,etaimeplusmasœurquejenelecrainsJenesuispashuguenot,maisjenesuispassotnonplus,etsimonsieurlepapefaittroplabête,jeprendraimoimêmeMargotparlamain,etjelamèneraiépouservotrefilsenpleinprêcheCesparoless’étaientrépanduesduLouvredanslaville,et,toutenréjouissantfortleshuguenots,avaientconsidérablementdonnéàpenserauxcatholiques,quisedemandaienttoutbassileroilestrahissaitréellement,oubiennejouaitpasquelquecomédiequiauraitunbeaumatinouunbeausoirsondénouementinattenduC’étaitvisàvisdel’amiraldeColignysurtout,quidepuiscinqousixansfaisaituneguerreacharnéeauroi,quelaconduitedeCharlesIXparaissaitinexplicable:aprèsavoirmissatêteàprixàcentcinquantemilleécusd’or,leroinejuraitplusqueparlui,l’appelantsonpèreetdéclaranttouthautqu’ilallaitconfierdésormaisàluiseullaconduitedelaguerrec’estaupointqueCatherinedeMédicis,ellemême,quijusqu’alorsavaitréglélesactions,lesvolontésetjusqu’auxdésirsdujeuneprince,paraissaitcommenceràs’inquiétertoutdebon,etcen’étaitpassanssujet,car,dansunmomentd’épanchementCharlesIXavaitditàl’amiralàproposdelaguerredeFlandre:–Monpère,ilyaencoreunechoseenceciàlaquelleilfautbienprendregarde:c’estquelareinemère,quiveutmettrelenezpartoutcommevoussavez,neconnaisseriendecetteentreprisequenouslatenionssisecrètequ’ellen’yvoiegoutte,car,brouillonnecommejelaconnais,ellenousgâteraittoutOr,toutsageetexpérimentéqu’ilétait,Colignyn’avaitputenirsecrèteunesientièreconfianceetquoiqu’ilfûtarrivéàParisavecdegrandssoupçons,quoiqueàsondépartdeChâtillonunepaysannesefûtjetéeàsespieds,encriant:Oh!monsieur,notrebonmaître,n’allezpasàParis,carsivousyallezvousmourrez,vousettousceuxquiirontavecvouscessoupçonss’étaientpeuàpeuéteintsdanssoncœuretdansceluideTéligny,songendre,auquelleroidesoncôtéfaisaitdegrandesamitiés,l’appelantsonfrèrecommeilappelaitl’amiralsonpère,etletutoyant,ainsiqu’ilfaisaitpoursesmeilleursamisLeshuguenots,àpartquelquesespritschagrinsetdéfiants,étaientdoncentièrementrassurés:lamortdelareinedeNavarrepassaitpouravoirétécauséeparunepleurésie,etlesvastessallesduLouvres’étaientempliesdetouscesbravesprotestantsauxquelslemariagedeleurjeunechefHenripromettaitunretourdefortunebieninespéréL’amiraldeColigny,LaRochefoucault,leprincedeCondéfils,Téligny,enfintouslesprincipauxduparti,triomphaientdevoirtoutpuissantsauLouvreetsibienvenusàParisceuxlàmêmesquetroismoisauparavantleroiCharlesetlareineCatherinevoulaientfairependreàdespotencesplushautesquecellesdesassassinsIln’yavaitquelemaréchaldeMontmorencyquel’oncherchaitvainementparmitoussesfrères,caraucunepromessen’avaitpuleséduire,aucunsemblantn’avaitpuletromper,etilrestaitretiréensonchâteaudel’IsleAdam,donnantpourexcusedesaretraiteladouleurqueluicausaitencorelamortdesonpèreleconnétableAnnedeMontmorency,tuéd’uncoupdepistoletparRobertStuart,àlabatailledeSaintDenisMaiscommecetévénementétaitarrivédepuisplusdetroisansetquelasensibilitéétaitunevertuassezpeuàlamodeàcetteépoque,onn’avaitcrudecedeuilprolongéoutremesurequecequ’onavaitbienvouluencroireAureste,toutdonnaittortaumaréchaldeMontmorencyleroi,lareine,leducd’Anjouetleducd’AlençonfaisaientàmerveilleleshonneursdelaroyalefêteLeducd’AnjourecevaitdeshuguenotseuxmêmesdescomplimentsbienméritéssurlesdeuxbataillesdeJarnacetdeMoncontour,qu’ilavaitgagnéesavantd’avoiratteintl’âgededixhuitans,plusprécoceencelaquen’avaientétéCésaretAlexandre,auxquelsonlecomparaitendonnant,bienentendu,l’inférioritéauxvainqueursd’IssusetdePharsaleleducd’AlençonregardaittoutceladesonœilcaressantetfauxlareineCatherinerayonnaitdejoieet,touteconfiteengracieusetés,complimentaitleprinceHenrideCondésursonrécentmariageavecMariedeClèvesenfinMMdeGuiseeuxmêmessouriaientauxformidablesennemisdeleurmaison,etleducdeMayennediscouraitavecMdeTavannesetl’amiralsurlaprochaineguerrequ’ilétaitplusquejamaisquestiondedéclareràPhilippeIIAumilieudecesgroupesallaitetvenait,latêtelégèrementinclinéeetl’oreilleouverteàtouslespropos,unjeunehommededixneufans,àl’œilfin,auxcheveuxnoirscoupéstrèscourt,auxsourcilsépais,aunezrecourbécommeunbecd’aigle,ausourirenarquois,àlamoustacheetàlabarbenaissantesCejeunehomme,quines’étaitfaitremarquerencorequ’aucombatd’ArnayleDucoùilavaitbravementpayédesapersonne,etquirecevaitcomplimentssurcompliments,étaitl’élèvebienaimédeColignyetlehérosdujourtroismoisauparavant,c’estàdireàl’époqueoùsamèrevivaitencore,onl’avaitappeléleprincedeBéarnonl’appelaitmaintenantleroideNavarre,enattendantqu’onl’appelâtHenriIVDetempsentempsunnuagesombreetrapidepassaitsursonfrontsansdouteilserappelaitqu’ilyavaitdeuxmoisàpeinequesamèreétaitmorte,etmoinsquepersonneildoutaitqu’ellenefûtmorteempoisonnéeMaislenuageétaitpassageretdisparaissaitcommeuneombreflottantecarceuxquiluiparlaient,ceuxquilefélicitaient,ceuxquilecoudoyaient,étaientceuxlàmêmesquiavaientassassinélacourageuseJeanned’AlbretÀquelquespasduroideNavarre,presqueaussipensif,presqueaussisoucieuxquelepremieraffectaitd’êtrejoyeuxetouvert,lejeuneducdeGuisecausaitavecTélignyPlusheureuxqueleBéarnais,àvingtdeuxanssarenomméeavaitpresqueatteintcelledesonpère,legrandFrançoisdeGuiseC’étaitunélégantseigneur,dehautetaille,auregardfieretorgueilleux,etdouédecettemajesténaturellequifaisaitdire,quandilpassait,queprèsdeluilesautresprincesparaissaientpeupleToutjeunequ’ilétait,lescatholiquesvoyaientenluilechefdeleurparti,commeleshuguenotsvoyaientleleurdanscejeuneHenrideNavarredontnousvenonsdetracerleportraitIlavaitd’abordportéletitredeprincedeJoinville,etavaitfait,ausièged’Orléans,sespremièresarmessoussonpère,quiétaitmortdanssesbrasenluidésignantl’amiralColignypoursonassassinAlorslejeuneduc,commeAnnibal,avaitfaitunsermentsolennel:c’étaitdevengerlamortdesonpèresurl’amiraletsursafamille,etdepoursuivreceuxdesareligionsanstrêvenirelâche,ayantpromisàDieud’êtresonangeexterminateursurlaterrejusqu’aujouroùledernierhérétiqueseraitexterminéCen’étaitdoncpassansunprofondétonnementqu’onvoyaitceprince,ordinairementsifidèleàsaparole,tendrelamainàceuxqu’ilavaitjurédetenirpourseséternelsennemisetcauserfamilièrementaveclegendredeceluidontilavaitpromislamortàsonpèremourantMais,nousl’avonsdit,cettesoiréeétaitcelledesétonnementsEneffet,aveccetteconnaissancedel’avenirquimanqueheureusementauxhommes,aveccettefacultédeliredanslescœursquin’appartientmalheureusementqu’àDieu,l’observateurprivilégiéauquelileûtétédonnéd’assisteràcettefête,eûtjouicertainementdupluscurieuxspectaclequefournissentlesannalesdelatristecomédiehumaineMaiscetobservateurquimanquaitauxgaleriesintérieuresduLouvre,continuaitdanslarueàregarderdesesyeuxflamboyantsetàgronderdesavoixmenaçante:cetobservateurc’étaitlepeuple,qui,avecsoninstinctmerveilleusementaiguiséparlahaine,suivaitdeloinlesombresdesesennemisimplacablesettraduisaitleursimpressionsaussinettementquepeutlefairelecurieuxdevantlesfenêtresd’unesalledebalhermétiquementferméeLamusiqueenivreetrègleledanseur,tandisquelecurieuxvoitlemouvementseuletritdecepantinquis’agitesansraison,carlecurieux,lui,n’entendpaslamusiqueLamusiquequienivraitleshuguenots,c’étaitlavoixdeleurorgueilCeslueursquipassaientauxyeuxdesParisiensaumilieudelanuit,c’étaientleséclairsdeleurhainequiilluminaientl’avenirEtcependanttoutcontinuaitd’êtreriantàl’intérieur,etmêmeunmurmureplusdouxetplusflatteurquejamaiscouraitencemomentpartoutleLouvre:c’estquelajeunefiancée,aprèsêtrealléedéposersatoiletted’apparat,sonmanteautraînantetsonlongvoile,venaitderentrerdanslasalledebal,accompagnéedelabelleduchessedeNevers,sameilleureamie,etmenéeparsonfrèreCharlesIX,quilaprésentaitauxprincipauxdeseshôtesCettefiancée,c’étaitlafilledeHenriII,c’étaitlaperledelacouronnedeFrance,c’étaitMargueritedeValois,que,danssafamilièretendressepourelle,leroiCharlesIXn’appelaitjamaisquemasœurMargotCertesjamaisaccueil,siflatteurqu’ilfût,n’avaitétémieuxméritéqueceluiqu’onfaisaitencemomentàlanouvellereinedeNavarreMargueriteàcetteépoqueavaitvingtansàpeine,etdéjàelleétaitl’objetdeslouangesdetouslespoètes,quilacomparaientlesunsàl’Aurore,lesautresàCythéréeC’étaiteneffetlabeautésansrivaledecettecouroùCatherinedeMédicisavaitréuni,pourenfairesessirènes,lesplusbellesfemmesqu’elleavaitputrouverElleavaitlescheveuxnoirs,leteintbrillant,l’œilvoluptueuxetvoilédelongscils,labouchevermeilleetfine,lecouélégant,lataillericheetsouple,et,perdudansunemuledesatin,unpiedd’enfantLesFrançais,quilapossédaient,étaientfiersdevoirécloresurleursolunesimagnifiquefleur,etlesétrangersquipassaientparlaFrances’enretournaientéblouisdesabeautés’ilsl’avaientvueseulement,étourdisdesasciences’ilsavaientcauséavecelleC’estqueMargueriteétaitnonseulementlaplusbelle,maisencorelapluslettréedesfemmesdesontemps,etl’oncitaitlemotd’unsavantitalienquiluiavaitétéprésenté,etqui,aprèsavoircauséavecelleuneheureenitalien,enespagnol,enlatinetengrec,l’avaitquittéeendisantdanssonenthousiasme:VoirlacoursansvoirMargueritedeValois,c’estnevoirnilaFrancenilacourAussilesharanguesnemanquaientpasauroiCharlesIXetàlareinedeNavarreonsaitcombienleshuguenotsétaientharangueursForceallusionsaupassé,forcedemandespourl’avenirfurentadroitementglisséesauroiaumilieudecesharanguesmaisàtoutescesallusions,ilrépondaitavecseslèvrespâlesetsonsourirerusé:–EndonnantmasœurMargotàHenrideNavarre,jedonnemoncœuràtouslesprotestantsduroyaumeMotquirassuraitlesunsetfaisaitsourirelesautres,carilavaitréellementdeuxsens:l’unpaternel,etdontenbonneconscienceCharlesIXnevoulaitpassurchargersapenséel’autreinjurieuxpourl’épousée,poursonmarietpourceluilàmêmequiledisait,carilrappelaitquelquessourdsscandalesdontlachroniquedelacouravaitdéjàtrouvémoyendesouillerlarobenuptialedeMargueritedeValoisCependantMdeGuisecausait,commenousl’avonsdit,avecTélignymaisilnedonnaitpasàl’entretienuneattentionsisoutenuequ’ilnesedétournâtparfoispourlancerunregardsurlegroupededamesaucentreduquelresplendissaitlareinedeNavarreSileregarddelaprincesserencontraitalorsceluidujeuneduc,unnuagesemblaitobscurcircefrontcharmantautourduqueldesétoilesdediamantsformaientunetremblanteauréole,etquelquevaguedesseinperçaitdanssonattitudeimpatienteetagitéeLaprincesseClaude,sœuraînéedeMarguerite,quidepuisquelquesannéesdéjàavaitépouséleducdeLorraine,avaitremarquécetteinquiétude,etelles’approchaitd’ellepourluiendemanderlacause,lorsquechacuns’écartantdevantlareinemère,quis’avançaitappuyéeaubrasdujeuneprincedeCondé,laprincessesetrouvarefouléeloindesasœurIlyeutalorsunmouvementgénéraldontleducdeGuiseprofitapourserapprocherdemadamedeNevers,sabellesœur,etparconséquentdeMargueriteMadamedeLorraine,quin’avaitpasperdulajeunereinedesyeux,vitalors,aulieudecenuagequ’elleavaitremarquésursonfront,uneflammeardentepassersursesjouesCependantleducs’approchaittoujours,etquandilnefutplusqu’àdeuxpasdeMarguerite,celleci,quisemblaitplutôtlesentirquelevoir,seretournaenfaisantuneffortviolentpourdonneràsonvisagelecalmeetl’insouciancealorsleducsaluarespectueusement,et,toutens’inclinantdevantelle,murmuraàdemivoix:–IpseattuliCequivoulaitdire:Jel’aiapporté,ouapportémoimêmeMargueriterenditsarévérenceaujeuneduc,et,enserelevant,laissatombercetteréponse:–NoctupromoreCequisignifiait:Cettenuitcommed’habitudeCesdoucesparoles,absorbéesparl’énormecolletgoudronnédelaprincessecommeparl’enroulementd’unportevoix,nefurententenduesquedelapersonneàlaquelleonlesadressaitmaissicourtqu’eûtétéledialogue,sansdouteilembrassaittoutcequelesdeuxjeunesgensavaientàsedire,caraprèscetéchangededeuxmotscontretrois,ilsseséparèrent,Margueritelefrontplusrêveur,etleduclefrontplusradieuxqu’avantqu’ilssefussentrapprochésCettepetitescèneavaiteulieusansquel’hommeleplusintéresséàlaremarquereûtparuyfairelamoindreattention,car,desoncôté,leroideNavarren’avaitd’yeuxquepouruneseulepersonnequirassemblaitautourd’elleunecourpresqueaussinombreusequeMargueritedeValois,cettepersonneétaitlabellemadamedeSauveCharlottedeBeauneSemblançay,petitefilledumalheureuxSemblançayetfemmedeSimondeFizes,barondeSauve,étaitunedesdamesd’atoursdeCatherinedeMédicis,etl’unedesplusredoutablesauxiliairesdecettereine,quiversaitàsesennemislephiltredel’amourquandellen’osaitleurverserlepoisonflorentinpetite,blonde,touràtourpétillantedevivacitéoulanguissantedemélancolie,toujoursprêteàl’amouretàl’intrigue,lesdeuxgrandesaffairesqui,depuiscinquanteans,occupaientlacourdestroisroisquis’étaientsuccédéfemmedanstoutel’acceptiondumotetdanstoutlecharmedelachose,depuisl’œilbleulanguissantoubrillantdeflammesjusqu’auxpetitspiedsmutinsetcambrésdansleursmulesdevelours,madamedeSauves’était,depuisquelquesmoisdéjà,emparéedetouteslesfacultésduroideNavarre,quidébutaitalorsdanslacarrièreamoureusecommedanslacarrièrepolitiquesibienqueMargueritedeNavarre,beautémagnifiqueetroyale,n’avaitmêmeplustrouvél’admirationaufondducœurdesonépouxet,choseétrangeetquiétonnaittoutlemonde,mêmedelapartdecett

职业精品

精彩专题

上传我的资料

热门资料

资料评价:

/ 614
所需积分:2 立即下载

意见
反馈

返回
顶部

Q