关闭

关闭

关闭

封号提示

内容

首页 [苦儿流浪记].(Sans.Famille).(法)埃克多.马洛.文字版.pdf

[苦儿流浪记].(Sans.Famille).(法)埃克多.马洛.文字版.pdf

[苦儿流浪记].(Sans.Famille).(法)埃克多.马…

上传者: 蘇菲魚 2011-07-02 评分 0 0 0 0 0 0 暂无简介 简介 举报

简介:本文档为《[苦儿流浪记].(Sans.Famille).(法)埃克多.马洛.文字版pdf》,可适用于外语资料领域,主题内容包含HectorMalotSANSFAMILLE()ÉditiondugroupeEbookslibresetgratuits––Tabledesmat符等。

HectorMalotSANSFAMILLE()ÉditiondugroupeEbookslibresetgratuits––TabledesmatièresÀLucieMalotPREMIÈREPARTIEIAuvillageIIUnpèrenourricierIIILatroupedusignorVitalisIVLamaisonmaternelleVEnrouteVIMesdébutsVIIJ’apprendsàlireVIIIParmontsetparvauxIXJerencontreungéantchaussédebottesdeseptlieuesXDevantlajusticeXIEnbateauXIIMonpremieramiXIIIEnfanttrouvéXIVNeigeetloupsXVMonsieurJoliCœurXVIEntréeàParisXVIIUnpadronedelaruedeLourcineXVIIILescarrièresdeGentilly––XIXLiseXXJardinierXXILafamilledisperséeSECONDEPARTIEIEnavantIIUnevillenoireIIIRouleurIVL’inondationVDanslaremontéeVISauvetageVIIUneleçondemusiqueVIIILavacheduprinceIXMèreBarberinXL’ancienneetlanouvellefamilleXIBarberinXIIRecherchesXIIILafamilleDriscollXIVPèreetmèrehonorerasXVCapipervertiXVILesbeauxlangesontmentiXVIIL’oncled’Arthur:–MJamesMilliganXVIIILesnuitsdeNoëlXIXLespeursdeMattiaXXBobXXILeCygneXXIILesbeauxlangesontditvraiXXIIIEnfamilleÀproposdecetteéditionélectronique––––ÀLucieMalotPendantquej’aiécritcelivre,j’aiconstammentpenséàtoi,monenfant,ettonnomm’estvenuàchaqueinstantsurleslèvres–Luciesentiratellecela–LucieprendratelleintérêtàcelaLucie,toujoursTonnom,prononcésisouvent,doitdoncêtreinscritentêtedecespages:jenesaislafortunequileurestréservée,maisquellequ’ellesoit,ellesm’aurontdonnédesplaisirsquivalenttouslessuccès,–lasatisfactiondepenserquetupeuxleslire,–lajoiedetelesoffrirHECTORMALOT––PREMIÈREPARTIE––IAuvillageJesuisunenfanttrouvéMaisjusqu’àhuitansj’aicruque,commetouslesautresenfants,j’avaisunemère,carlorsquejepleurais,ilyavaitunefemmequimeserraitsidoucementdanssesbras,enmeberçant,quemeslarmess’arrêtaientdecoulerJamaisjenemecouchaisdansmonlit,sansqu’unefemmevîntm’embrasser,et,quandleventdedécembrecollaitlaneigecontrelesvitresblanchies,ellemeprenaitlespiedsentresesdeuxmainsetellerestaitàmelesréchaufferenmechantantunechanson,dontjeretrouveencoredansmamémoirel’air,etquelquesparoles––Quandjegardaisnotrevachelelongdescheminsherbusoudanslesbrandes,etquej’étaissurprisparunepluied’orage,elleaccouraitaudevantdemoietmeforçaitàm’abritersoussonjupondelainerelevéqu’ellemeramenaitsurlatêteetsurlesépaulesEnfinquandj’avaisunequerelleavecundemescamarades,ellemefaisaitcontermeschagrins,etpresquetoujourselletrouvaitdebonnesparolespourmeconsoleroumedonnerraisonPartoutcelaetparbiend’autreschosesencore,parlafaçondontellemeparlait,parlafaçondontellemeregardait,parsescaresses,parladouceurqu’ellemettaitdanssesgronderies,jecroyaisqu’elleétaitmamèreVoicicommentj’apprisqu’ellen’étaitquemanourriceMonvillage,oupourparlerplusjustement,levillageoùj’aiétéélevé,carjen’aipaseudevillageàmoi,pasdelieudenaissance,pasplusquejen’aieudepèreetdemère,levillageenfinoùj’aipassémonenfancesenommeChavanonc’estl’undespluspauvresducentredelaFranceCettepauvreté,illadoitnonàl’apathieouàlaparessedeseshabitants,maisàsasituationmêmedansunecontréepeufertileLesoln’apasdeprofondeur,etpourproduiredebonnesrécoltesilluifaudraitdesengraisoudesamendementsquimanquentdanslepaysAussinerencontreton(outoutaumoinsnerencontraitonàl’époquedontjeparle)quepeudechampscultivés,tandisqu’onvoitpartoutdevastesétenduesdebrandesdanslesquellesnecroissentquedesbruyèresetdesgenêtsLàoùlesbrandescessent,leslandescommencentetsurceslandesélevéeslesventsâpresrabougrissentlesmaigresbouquetsd’arbresquidressentçàetlàleursbranchestorduesettourmentées––Pourtrouverdebeauxarbres,ilfautabandonnerleshauteursetdescendredanslesplisduterrain,surlesbordsdesrivières,oùdansd’étroitesprairiespoussentdegrandschâtaigniersetdeschênesvigoureuxC’estdansundecesreplisdeterrain,surlesbordsd’unruisseauquivaperdreseseauxrapidesdansundesaffluentsdelaLoirequesedresselamaisonoùj’aipassémespremièresannéesJusqu’àhuitans,jen’avaisjamaisvud’hommedanscettemaisoncependantmamèren’étaitpasveuve,maissonmariquiétaittailleurdepierre,commeungrandnombred’autresouvriersdelacontrée,travaillaitàParis,etiln’étaitpasrevenuaupaysdepuisquej’étaisenâgedevoiroudecomprendrecequim’entouraitDetempsentempsseulement,ilenvoyaitdesesnouvellesparundesescamaradesquirentraitauvillage–MèreBarberin,votrehommevabienilm’achargédevousdirequel’ouvragemarchefort,etdevousremettrel’argentquevoilàvoulezvouscompterEtc’étaittoutMèreBarberinsecontentaitdecesnouvelles:sonhommeétaitenbonnesantél’ouvragedonnaitilgagnaitsavieDecequeBarberinétaitrestésilongtempsàParis,ilnefautpascroirequ’ilétaitenmauvaiseamitiéavecsafemmeLaquestiondedésaccordn’étaitpourriendanscetteabsenceIldemeuraitàParisparcequeletravaill’yretenaitvoilàtoutQuandilseraitvieux,ilreviendraitvivreprèsdesavieillefemme,etavecl’argentqu’ilsauraientamassé,ilsseraientàl’abridelamisèrepourletempsoùl’âgeleurauraitenlevélaforceetlasanté––Unjourdenovembre,commelesoirtombait,unhomme,quejeneconnaissaispas,s’arrêtadevantnotrebarrièreJ’étaissurleseuildelamaisonoccupéàcasserunebourréeSanspousserlabarrière,maisenlevantsatêtepardessusenmeregardant,l’hommemedemandasicen’étaitpaslàquedemeuraitlamèreBarberinJeluidisd’entrerIlpoussalabarrièrequicriadanssahart,etàpaslentsils’avançaverslamaisonJamaisjen’avaisvuunhommeaussicrottédesplaquesdeboue,lesunesencorehumides,lesautresdéjàsèches,lecouvraientdespiedsàlatête,etàleregarderl’oncomprenaitquedepuislongtempsilmarchaitdanslesmauvaischeminsAubruitdenosvoix,mèreBarberinaccourut,etaumomentoùilfranchissaitnotreseuil,ellesetrouvafaceàfaceaveclui–J’apportedesnouvellesdeParis,ditilC’étaientlàdesparolesbiensimplesetquidéjàplusd’unefoisavaientfrappénosoreilles,maisletonaveclequelellesfurentprononcéesneressemblaitenrienàceluiquiautrefoisaccompagnaitlesmots:Votrehommevabien,l’ouvragemarche–Ah!monDieu!s’écriamèreBarberinenjoignantlesmains,unmalheurestarrivéàJérôme–Ehbien,oui,maisilnefautpasvousrendremaladedepeurvotrehommeàétéblessévoilàlavéritéseulementiln’estpasmortPourtantilserapeutêtreestropiéPourlemomentilestàl’hôpitalJ’aiétésonvoisindelit,etcommejeren––traisaupaysilm’ademandédevousconterlachoseenpassantJenepeuxpasm’arrêter,carj’aiencoretroislieuesàfaireetlanuitvientviteMèreBarberin,quivoulaitensavoirpluslong,prial’hommederesteràsouperlesroutesétaientmauvaisesonparlaitdeloupsquis’étaientmontrésdanslesboisilrepartiraitlelendemainmatinIls’assitdanslecoindelacheminéeettoutenmangeant,ilnousracontacommentlemalheurétaitarrivé:Barberinavaitétéàmoitiéécrasépardeséchafaudagesquis’étaientabattus,etcommeonavaitprouvéqu’ilnedevaitpassetrouveràlaplaceoùilavaitétéblessé,l’entrepreneurrefusaitdeluipayeraucuneindemnité–Pasdechance,lepauvreBarberin,ditil,pasdechanceilyadesmalinsquiauraienttrouvélàdedansunmoyenpoursefairefairedesrentes,maisvotrehommen’aurarienEttoutenséchantlesjambesdesonpantalonquidevenaitraidesousleurenduitdebouedurcie,ilrépétaitcemot:pasdechanceavecunepeinesincère,quimontraitquepourlui,ilsefûtfaitvolontiersestropierdansl’espérancedegagnerainsidebonnesrentes–Pourtant,ditilenterminantsonrécit,jeluiaidonnéleconseildefaireunprocèsàl’entrepreneur–Unprocès,celacoûtegros–Oui,maisquandonlegagne!MèreBarberinauraitvoulualleràParis,maisc’étaituneterribleaffairequ’unvoyagesilongetsicoûteux––LelendemainmatinnousdescendîmesauvillagepourconsulterlecuréCeluicinevoulutpaslalaisserpartirsanssavoiravantsiellepouvaitêtreutileàsonmariIlécrivitàl’aumônierdel’hôpitaloùBarberinétaitsoigné,etquelquesjoursaprèsilreçutuneréponse,disantquemèreBarberinnedevaitpassemettreenroute,maisqu’elledevaitenvoyerunecertainesommed’argentàsonmari,parcequeceluiciallaitfaireunprocèsàl’entrepreneurchezlequelilavaitétéblesséLesjournées,lessemainess’écoulèrentetdetempsentempsilarrivadeslettresquitoutesdemandaientdenouveauxenvoisd’argentladernière,pluspressantequelesautres,disaitques’iln’yavaitplusd’argent,ilfallaitvendrelavachepours’enprocurerCeuxlàseulsquiontvécuàlacampagneaveclespaysanssaventcequ’ilyadedétressesetdedouleursdanscestroismots:vendrelavachePourlenaturaliste,lavacheestunanimalruminantpourlepromeneur,c’estunebêtequifaitbiendanslepaysagelorsqu’ellelèveaudessusdesherbessonmuflenoirhumidederoséepourl’enfantdesvilles,c’estlasourceducaféaulaitetdufromageàlacrèmemaispourlepaysan,c’estbienplusetbienmieuxencoreSipauvrequ’ilpuisseêtreetsinombreusequesoitsafamille,ilestassurédenepassouffrirdelafaimtantqu’ilaunevachedanssonétableAvecunelongeoumêmeavecunesimplehartnouéeautourdescornes,unenfantpromènelavachelelongdescheminsherbus,làoùlapâturen’appartientàpersonne,etlesoirlafamilleentièreadubeurredanssasoupeetdulaitpourmouillersespommesdeterre:lepère,lamère,lesenfants,lesgrandscommelespetits,toutlemondevitdelavacheNousvivionssibiendelanôtre,mèreBarberinetmoi,quejusqu’àcemomentjen’avaispresquejamaismangédeviande––Maiscen’étaitpasseulementnotrenourricequ’elleétait,c’étaitencorenotrecamarade,notreamie,carilnefautpass’imaginerquelavacheestunebêtestupide,c’estaucontraireunanimalpleind’intelligenceetdequalitésmoralesd’autantplusdéveloppéesqu’onlesauracultivéesparl’éducationNouscaressionslanôtre,nousluiparlions,ellenouscomprenait,etdesoncôté,avecsesgrandsyeuxrondspleinsdedouceur,ellesavaittrèsbiennousfaireentendrecequ’ellevoulaitoucequ’elleressentaitEnfinnousl’aimionsetellenousaimait,cequiesttoutdirePourtantilfalluts’enséparer,carc’étaitseulementparlaventedelavachequ’onpouvaitsatisfaireBarberinIlvintunmarchandàlamaisonetaprèsavoirbienexaminélaRoussette,aprèsl’avoirlonguementpalpéeensecouantlatêted’unairmécontent,aprèsavoirditetrépétécentfoisqu’elleneluiconvenaitpasdutout,quec’étaitunevachedepauvresgensqu’ilnepourraitpasrevendre,qu’ellen’avaitpasdelait,qu’ellefaisaitdumauvaisbeurre,ilavaitfinipardirequ’ilvoulaitbienlaprendre,maisseulementparbontéd’âmeetpourobligermèreBarberinquiétaitunebravefemmeLapauvreRoussette,commesiellecomprenaitcequisepassait,avaitrefusédesortirdesonétableetelles’étaitmiseàmeugler–Passederrièreetchassela,m’avaitditlemarchandenmetendantlefouetqu’ilportaitpasséautourdesoncou–Pourçanon,avaitditmèreBarberinEt,prenantlavacheparlalonge,elleluiavaitparlédoucement–––Allons,mabelle,viens,viensEtRoussetten’avaitplusrésistéarrivéesurlaroute,lemarchandl’avaitattachéederrièresavoiture,etilavaitbienfalluqu’ellesuivîtlechevalNousétionsrentrésdanslamaisonMaislongtempsencorenousavionsentendusesbeuglementsPlusdelait,plusdebeurreLematinunmorceaudepainlesoirdespommesdeterreauselLemardigrasarrivajustementpeudetempsaprèslaventedeRoussettel’annéeprécédente,pourlemardigras,mèreBarberinm’avaitfaitunrégalavecdescrêpesetdesbeignetsetj’enavaistantmangé,tantmangéqu’elleenavaitététouteheureuseMaisalorsnousavionsRoussette,quinousavaitdonnélelaitpourdélayerlapâteetlebeurrepourmettredanslapoêlePlusdeRoussette,plusdelait,plusdebeurre,plusdemardigrasc’étaitcequejem’étaisdittristementMaismèreBarberinm’avaitfaitunesurprisebienqu’ellenefûtpasemprunteuse,elleavaitdemandéunetassedelaitàl’unedenosvoisines,unmorceaudebeurreàuneautreetquandj’étaisrentré,versmidi,jel’avaistrouvéeentraindeverserdelafarinedansungrandpoêlonenterre–Tiens!delafarine,disjeenm’approchantd’elle–Maisoui,fitelleensouriant,c’estbiendelafarine,monpetitRémi,delabellefarinedeblétiens,voiscommeellefleurebon––Sij’avaisosé,j’auraisdemandéàquoidevaitservircettefarinemaisprécisémentparcequej’avaisgrandeenviedelesavoir,jen’osaispasenparlerEtpuisd’unautrecôtéjenevoulaispasdirequejesavaisquenousétionsaumardigraspournepasfairedelapeineàmèreBarberin–Qu’estcequ’onfaitavecdelafarineditellemeregardant–Dupain–Etpuisencore–Delabouillie–Etpuisencore–Dame…Jenesaispas–Si,tusaisbienMaiscommetuesunbonpetitgarçon,tun’osespasledireTusaisquec’estaujourd’huimardigras,lejourdescrêpesetdesbeignetsMaiscommetusaisaussiquenousn’avonsnibeurre,nilait,tun’osespasenparlerC’estvraiça–Oh!mèreBarberin–Commed’avancej’avaisdevinétoutcela,jemesuisarrangéepourquemardigrasnetefassepasvilainefigureRegardedanslahucheLecouverclelevé,etillefutvivement,j’aperçuslelait,lebeurre,desœufsettroispommes–––Donnemoilesœufs,meditelle,et,pendantquejelescasse,pèlelespommesPendantquejecoupaislespommesentranches,ellecassalesœufsdanslafarineetsemitàbattreletout,enversantdessus,detempsentemps,unecuilleréedelaitQuandlapâtefutdélayée,mèreBarberinposalaterrinesurlescendreschaudes,etiln’yeutplusqu’àattendrelesoir,carc’étaitànotresouperquenousdevionsmangerlescrêpesetlesbeignetsPourêtrefranc,jedoisavouerquelajournéemeparutlongueetqueplusd’unefoisj’allaisouleverlelingequirecouvraitlaterrine–Tuvasfaireprendrefroidàlapâte,disaitmèreBarberin,etellelèveramalMaisellelevaitbien,etdeplaceenplacesemontraientdesrenflements,dessortesdebouillonsquivenaientcreveràlasurfaceDetoutelapâteenfermentationsedégageaitunebonneodeurd’œufsetdelait–Cassedelabourrée,medisaitelleilnousfautunbonfeuclair,sansfuméeEnfin,lachandellefutallumée–Metsduboisaufeu!meditelleIlnefutpasnécessairedemerépéterdeuxfoiscetteparolequej’attendaisavectantd’impatienceBientôtunegrandeflammemontadanslacheminée,etsalueurvacillanteemplitlacuisine––AlorsmèreBarberindécrochadelamuraillelapoêleàfrireetlaposaaudessusdelaflamme–DonnemoilebeurreElleenprit,auboutdesoncouteau,unmorceaugroscommeunepetitenoixetlemitdanslapoêle,oùilfonditengrésillantAh!c’étaitvraimentunebonneodeurquichatouillaitd’autantplusagré

用户评论(0)

0/200

精彩专题

上传我的资料

每篇奖励 +2积分

资料评价:

/49
仅支持在线阅读

意见
反馈

立即扫码关注

爱问共享资料微信公众号

返回
顶部