关闭

关闭

关闭

封号提示

内容

首页 [小酒馆].(L'Assommoir).(法)埃米尔·左拉.文字版

[小酒馆].(L'Assommoir).(法)埃米尔·左拉.文字版.pdf

[小酒馆].(L'Assommoir).(法)埃米尔·左拉.文字…

蘇菲魚 2011-07-02 评分 0 浏览量 0 0 0 0 暂无简介 简介 举报

简介:本文档为《[小酒馆].(L'Assommoir).(法)埃米尔·左拉.文字版pdf》,可适用于外语资料领域,主题内容包含ÉmileZolaL’ASSOMMOIR()ÉditiondugroupeEbookslibresetgratuitsTabledesmatière符等。

ÉmileZolaL’ASSOMMOIR()ÉditiondugroupeEbookslibresetgratuitsTabledesmatièresPréfacedel’auteurIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXIIXIIIÀproposdecetteéditionélectronique––Préfacedel’auteurLesRougonMacquartdoiventsecomposerd’unevingtainederomansDepuis,leplangénéralestarrêté,etjelesuisavecunerigueurextrêmeL’Assommoirestvenuàsonheure,jel’aiécrit,commej’écrirailesautres,sansmedérangerunesecondedemalignedroiteC’estcequifaitmaforceJ’aiunbutauqueljevaisLorsqueL’Assommoiraparudansunjournal,ilaétéattaquéavecunebrutalitésansexemple,dénoncé,chargédetouslescrimesEstilbiennécessaired’expliquerici,enquelqueslignes,mesintentionsd’écrivainJ’aivoulupeindreladéchéancefataled’unefamilleouvrière,danslemilieuempestédenosfaubourgsAuboutdel’ivrognerieetdelafainéantise,ilyalerelâchementdesliensdelafamille,lesorduresdelapromiscuité,l’oubliprogressifdessentimentshonnêtes,puiscommedénouementlahonteetlamortC’estlamoraleenaction,simplementL’AssommoirestàcoupsûrlepluschastedemeslivresSouventj’aidûtoucheràdesplaiesautrementépouvantablesLaformeseuleaeffaréOns’estfâchécontrelesmotsMoncrimeestd’avoireulalanguedupeupleAh!laforme,làestlegrandcrime!Desdictionnairesdecettelangueexistentpourtant,deslettrésl’étudientetjouissentdesaverdeur,del’imprévuetdelaforcedesesimagesElleestunrégalpourlesgrammairiensfureteursN’importe,personnen’aentrevuquemavolontéétaitdefaireuntravailpurementphilologique,quejecroisd’unvifintérêthistoriqueetsocialJenemedéfendspasd’ailleursMonœuvremedéfendraC’estuneœuvredevérité,lepremierromansurlepeuple,qui––nementepasetquiaitl’odeurdupeupleEtilnefautpointconclurequelepeupletoutentierestmauvais,carmespersonnagesnesontpasmauvais,ilsnesontqu’ignorantsetgâtésparlemilieuderudebesogneetdemisèreoùilsviventSeulement,ilfaudraitliremesromans,lescomprendre,voirnettementleurensemble,avantdeporterlesjugementstoutfaits,grotesquesetodieux,quicirculentsurmapersonneetsurmesœuvresAh!sil’onsavaitcombienmesamiss’égayentdelalégendestupéfiantedontonamuselafoule!Sil’onsavaitcombienlebuveurdesang,leromancierféroce,estundignebourgeois,unhommed’étudeetd’art,vivantsagementdanssoncoin,etdontl’uniqueambitionestdelaisseruneœuvreaussilargeetaussivivantequ’ilpourra!Jenedémensaucunconte,jetravaille,jem’enremetsautempsetàlabonnefoipubliquepourmedécouvrirenfinsousl’amasdessottisesentasséesEMILEZOLAParis,erjanvier––IGervaiseavaitattenduLantierjusqu’àdeuxheuresdumatinPuis,toutefrissonnanted’êtrerestéeencamisoleàl’airvifdelafenêtre,elles’étaitassoupie,jetéeentraversdulit,fiévreuse,lesjouestrempéesdelarmesDepuishuitjours,ausortirduVeauàdeuxtêtes,oùilsmangeaient,ill’envoyaitsecoucheraveclesenfantsetnereparaissaitquetarddanslanuit,enracontantqu’ilcherchaitdutravailCesoirlà,pendantqu’elleguettaitsonretour,ellecroyaitl’avoirvuentreraubalduGrandBalcon,dontlesdixfenêtresflambanteséclairaientd’unenapped’incendielacouléenoiredesboulevardsextérieurset,derrièrelui,elleavaitaperçulapetiteAdèle,unebrunisseusequidînaitàleurrestaurant,marchantàcinqousixpas,lesmainsballantes,commesiellevenaitdeluiquitterlebraspournepaspasserensemblesouslaclartécruedesglobesdelaporteQuandGervaises’éveilla,verscinqheures,raidie,lesreinsbrisés,elleéclataensanglotsLantiern’étaitpasrentréPourlapremièrefois,ildécouchaitEllerestaassiseauborddulit,souslelambeaudepersedéteintequitombaitdelaflècheattachéeauplafondparuneficelleEt,lentement,desesyeuxvoilésdelarmes,ellefaisaitletourdelamisérablechambregarnie,meubléed’unecommodedenoyerdontuntiroirmanquait,detroischaisesdepailleetd’unepetitetablegraisseuse,surlaquelletraînaitunpotàeauébréchéOnavaitajouté,pourlesenfants,unlitdeferquibarraitlacommodeetemplissaitlesdeuxtiersdelapièceLamalledeGervaiseetdeLantier,grandeouvertedansuncoin,montraitsesflancsvides,unvieuxchapeaud’hommetoutaufond,enfouisousdeschemisesetdeschaussettessalestandisque,lelongdesmurs,surledossierdesmeubles,pendaientunchâletroué,unpantalonmangépar––laboue,lesdernièresnippesdontlesmarchandsd’habitsnevoulaientpasAumilieudelacheminée,entredeuxflambeauxdezincdépareillés,ilyavaitunpaquetdereconnaissancesduMontdePiété,d’unrosetendreC’étaitlabellechambredel’hôtel,lachambredupremier,quidonnaitsurleboulevardCependant,couchéscôteàcôtesurlemêmeoreiller,lesdeuxenfantsdormaientClaude,quiavaithuitans,sespetitesmainsrejetéeshorsdelacouverture,respiraitd’unehaleinelente,tandisqu’Étienne,âgédequatreansseulement,souriait,unbraspasséaucoudesonfrèreLorsqueleregardnoyédeleurmères’arrêtasureux,elleeutunenouvellecrisedesanglots,elletamponnaunmouchoirsursabouchepourétoufferleslégerscrisquiluiéchappaientEt,piedsnus,sanssongeràremettresessavatestombées,elleretournas’accouderàlafenêtre,ellerepritsonattentedelanuit,interrogeantlestrottoirs,auloinL’hôtelsetrouvaitsurleboulevarddelaChapelle,àgauchedelabarrièrePoissonnièreC’étaitunemasurededeuxétages,peinteenrougeliedevinjusqu’ausecond,avecdespersiennespourriesparlapluieAudessusd’unelanterneauxvitresétoilées,onparvenaitàlire,entrelesdeuxfenêtres:HôtelBoncœur,tenuparMarsoullier,engrandeslettresjaunes,dontlamoisissureduplâtreavaitemportédesmorceauxGervaise,quelalanternegênait,sehaussait,sonmouchoirsurleslèvresElleregardaitàdroite,ducôtéduboulevarddeRochechouart,oùdesgroupesdebouchers,devantlesabattoirs,stationnaiententablierssanglantsetleventfraisapportaitunepuanteurparmoments,uneodeurfauvedebêtesmassacréesElleregardaitàgauche,enfilantunlongruband’avenue,s’arrêtant,presqueenfaced’elle,àlamasseblanchedel’hôpitaldeLariboisière,alorsenconstructionLentement,d’unboutàl’autredel’horizon,ellesuivaitlemurdel’octroi,derrièrelequel,lanuit,elleentendaitparfoisdescrisd’assassinésetellefouillaitlesanglesécartés,lescoinssombres,noirsd’humiditéetd’ordure,aveclapeurd’y––découvrirlecorpsdeLantier,leventretrouédecoupsdecouteauQuandellelevaitlesyeux,audelàdecettemuraillegriseetinterminablequientouraitlavilled’unebandededésert,elleapercevaitunegrandelueur,unepoussièredesoleil,pleinedéjàdugrondementmatinaldeParisMaisc’étaittoujoursàlabarrièrePoissonnièrequ’ellerevenait,lecoutendu,s’étourdissantàvoircouler,entrelesdeuxpavillonstrapusdel’octroi,leflotininterrompud’hommes,debêtes,decharrettes,quidescendaitdeshauteursdeMontmartreetdelaChapelleIlyavaitlàunpiétinementdetroupeau,unefoulequedebrusquesarrêtsétalaientenmaressurlachaussée,undéfilésansfind’ouvriersallantautravail,leursoutilssurledos,leurpainsouslebrasetlacohues’engouffraitdansParisoùellesenoyait,continuellementLorsqueGervaise,parmitoutcemonde,croyaitreconnaîtreLantier,ellesepenchaitdavantage,aurisquedetomberpuis,elleappuyaitplusfortementsonmouchoirsursabouche,commepourrenfoncersadouleurUnevoixjeuneetgaieluifitquitterlafenêtre–Lebourgeoisn’estdoncpaslà,madameLantier–Maisnon,monsieurCoupeau,réponditelleentâchantdesourireC’étaitunouvrierzingueurquioccupait,toutenhautdel’hôtel,uncabinetdedixfrancsIlavaitsonsacpasséàl’épauleAyanttrouvélaclefsurlaporte,ilétaitentré,enami–Voussavez,continuatil,maintenant,jetravaillelà,àl’hôpital…Hein!queljolimoisdemai!Çapiquedur,cematinEtilregardaitlevisagedeGervaise,rougiparleslarmesQuandilvitquelelitn’étaitpasdéfait,ilhochadoucementlatêtepuis,ilvintjusqu’àlacouchettedesenfantsquidormaient––toujoursavecleursminesrosesdechérubinset,baissantlavoix:–Allons!lebourgeoisn’estpassage,n’estcepas…Nevousdésolezpas,madameLantierIls’occupebeaucoupdepolitiquel’autrejour,quandonavotépourEugèneSue,unbon,paraîtil,ilétaitcommeunfouPeutêtrebienqu’ilapassélanuitavecdesamisàdiredumaldecettecrapuledeBonaparte–Non,non,murmuratelleaveceffort,cen’estpascequevouscroyezJesaisoùestLantier…Nousavonsnoschagrinscommetoutlemonde,monDieu!Coupeauclignalesyeux,pourmontrerqu’iln’étaitpasdupedecemensongeEtilpartit,aprèsluiavoiroffertd’allercherchersonlait,siellenevoulaitpassortir:elleétaitunebelleetbravefemme,ellepouvaitcomptersurlui,lejouroùelleseraitdanslapeineGervaise,dèsqu’ilsefutéloigné,seremitàlafenêtreÀlabarrière,lepiétinementdetroupeaucontinuait,danslefroiddumatinOnreconnaissaitlesserruriersàleursbourgeronsbleus,lesmaçonsàleurscottesblanches,lespeintresàleurspaletots,souslesquelsdelonguesblousespassaientCettefoule,deloin,gardaituneffacementplâtreux,untonneutreoùlebleudéteintetlegrissaledominaientParmoments,unouvriers’arrêtaitcourt,rallumaitsapipe,tandisqu’autourdeluilesautresmarchaienttoujours,sansunrire,sansuneparolediteàuncamarade,lesjouesterreuses,lafacetendueversParis,qui,unàun,lesdévorait,parlaruebéanteduFaubourgPoissonnièreCependant,auxdeuxcoinsdelaruedesPoissonniers,àlaportedesdeuxmarchandsdevinquienlevaientleursvolets,deshommesralentissaientlepaset,avantd’entrer,ilsrestaientauborddutrottoir,avecdesregardsobliquessurParis,lesbrasmous,déjàgagnésàunejournéede––flâneDevantlescomptoirs,desgroupess’offraientdestournées,s’oubliaientlà,debout,emplissantlessalles,crachant,toussant,s’éclaircissantlagorgeàcoupsdepetitsverresGervaiseguettait,àgauchedelarue,lasalledupèreColombe,oùellepensaitavoirvuLantier,lorsqu’unegrossefemme,nutête,entablier,l’interpelladumilieudelachaussée–Ditesdonc,madameLantier,vousêtesbienmatinale!Gervaisesepencha–Tiens!c’estvous,madameBoche!…Oh!j’aiuntasdebesogne,aujourd’hui!–Oui,n’estcepasleschosesnesefontpastoutesseulesEtuneconversations’engagea,delafenêtreautrottoirMadameBocheétaitconciergedelamaisondontlerestaurantduVeauàdeuxtêtesoccupaitlerezdechausséePlusieursfois,GervaiseavaitattenduLantierdanssaloge,pournepass’attablerseuleavectousleshommesquimangeaient,àcôtéLaconciergeracontaqu’elleallaitàdeuxpas,ruedelaCharbonnière,pourtrouveraulitunemployé,dontsonmarinepouvaitpastirerleraccommodaged’uneredingoteEnsuite,elleparlad’undeseslocatairesquiétaitrentréavecunefemme,laveille,etquiavaitempêchélemondededormir,jusqu’àtroisheuresdumatinMais,toutenbavardant,elledévisageaitlajeunefemme,d’unairdecuriositéaiguëetellesemblaitn’êtrevenuelà,seposersouslafenêtre,quepoursavoir–MonsieurLantierestdoncencorecouchédemandatellebrusquement–Oui,ildort,réponditGervaise,quineputs’empêcherderougir––MadameBochevitleslarmesluiremonterauxyeux,et,satisfaitesansdoute,elles’éloignaitentraitantleshommesdesacrésfainéants,lorsqu’ellerevint,pourcrier:–C’estcematinquevousallezaulavoir,n’estcepas…J’aiquelquechoseàlaver,jevousgarderaiuneplaceàcôtédemoi,etnouscauseronsPuis,commeprised’unesubitepitié:–Mapauvrepetite,vousferiezbienmieuxdenepasresterlà,vousprendrezdumal…VousêtesvioletteGervaises’entêtaencoreàlafenêtrependantdeuxmortellesheures,jusqu’àhuitheuresLesboutiquess’étaientouvertesLeflotdeblousesdescendantdeshauteursavaitcesséetseulsquelquesretardatairesfranchissaientlabarrièreàgrandesenjambéesChezlesmarchandsdevin,lesmêmeshommes,debout,continuaientàboire,àtousseretàcracherAuxouvriersavaientsuccédélesouvrières,lesbrunisseuses,lesmodistes,lesfleuristes,seserrantdansleursmincesvêtements,trottantlelongdesboulevardsextérieursellesallaientparbandesdetroisouquatre,causaientvivement,avecdelégersriresetdesregardsluisantsjetésautourd’ellesdeloinenloin,une,touteseule,maigre,l’airpâleetsérieux,suivaitlemurdel’octroi,enévitantlescouléesd’orduresPuis,lesemployésétaientpassés,soufflantdansleursdoigts,mangeantleurpaind’unsouenmarchantdesjeunesgensefflanqués,auxhabitstropcourts,auxyeuxbattus,toutbrouillésdesommeildepetitsvieuxquiroulaientsurleurspieds,lafaceblême,uséeparleslonguesheuresdubureau,regardantleurmontrepourréglerleurmarcheàquelquessecondesprèsEtlesboulevardsavaientprisleurpaixdumatinlesrentiersduvoisinagesepromenaientausoleillesmères,encheveux,enjupessales,berçaientdansleursbrasdesenfantsaumaillot,qu’elles––changeaientsurlesbancstouteunemarmaillemalmouchée,débraillée,sebousculait,setraînaitparterre,aumilieudepiaulements,deriresetdepleursAlors,Gervaisesesentitétouffer,saisied’unvertiged’angoisse,àboutd’espoirilluisemblaitquetoutétaitfini,quelestempsétaientfinis,queLantiernerentreraitplusjamaisElleallait,lesregardsperdus,desvieuxabattoirsnoirsdeleurmassacreetdeleurpuanteur,àl’hôpitalneuf,blafard,montrant,parlestrousencorebéantsdesesrangéesdefenêtres,dessallesnuesoùlamortdevaitfaucherEnfaced’elle,derrièrelemurdel’octroi,lecieléclatant,leleverdesoleilquigrandissaitaudessusduréveilénormedeParis,l’éblouissaitLajeunefemmeétaitassisesurunechaise,lesmainsabandonnées,nepleurantplus,lorsqueLantierentratranquillement–C’esttoi!c’esttoi!criatelle,envoulantsejeteràsoncou–Oui,c’estmoiAprèsréponditilTunevaspascommencertesbêtises,peutêtre!Ill’avaitécartéePuis,d’ungestedemauvaisehumeur,illançaàlavoléesonchapeaudefeutrenoirsurlacommodeC’étaitungarçondevingtsixans,petit,trèsbrun,d’unejoliefigure,avecdemincesmoustaches,qu’ilfrisaittoujoursd’unmouvementmachinaldelamainIlportaitunecotted’ouvrier,unevieilleredingotetachée,qu’ilpinçaitàlataille,etavaitenparlantunaccentprovençaltrèsprononcéGervaise,retombéesurlachaise,seplaignaitdoucement,parcourtesphrases–Jen’aipaspufermerl’œil…Jecroyaisqu’ont’avaitdonnéunmauvaiscoup…Oùestualléoùastupassélanuit––MonDieu!nerecommencepas,jedeviendraisfolle…Dis,Auguste,oùestuallé–Oùj’avaisaffaire,parbleu!ditilavecunhaussementd’épaulesJ’étaisàhuitheuresàlaGlacière,chezcetamiquidoitmonterunefabriquedechapeauxJemesuisattardéAlors,j’aipréférécoucher…Puis,tusais,jen’aimepasqu’onmemouchardeFichemoilapaix!LajeunefemmeseremitàsangloterLeséclatsdevoix,lesmouvementsbrusquesdeLantier,quiculbutaitleschaises,venaientderéveillerlesenfantsIlssedressèrentsurleurséant,deminus,débrouillantleurscheveuxdeleurspetitesmainset,entendantpleurerleurmère,ilspoussèrentdescristerribles,pleuranteuxaussideleursyeuxàpeineouverts–Ah!voilàlamusique!s’écriaLantierfurieuxJevousavertis,jereprendslaporte,moi!Etjefilepourtoutdebon,cettefois…VousnevoulezpasvoustaireBonsoir!jeretourned’oùjeviensIlavaitdéjàreprissonchapeausurlacommodeMaisGervaiseseprécipita,balbutiant:–Non,non!EtelleétouffaleslarmesdespetitssousdescaressesEllebaisaitleurscheveux,ellelesrecouchaitavecdesparolestendresLespetits,calméstoutd’uncoup,riantsurl’oreiller,s’amusèrentàsepincerCependant,lepère,sansmêmeretirersesbottes,s’étaitjetésurlelit,l’airéreinté,lafacemarbréeparunenuitblancheIlnes’endormitpas,ilrestalesyeuxgrandsouverts,àfaireletourdelachambre–C’estpropre,ici!murmuratil––Puis,aprèsavoirregardéuninstantGervaise,ilajoutaméchamment:–TunetedébarbouillesdoncplusGervaisen’avaitquevingtdeuxansElleétaitgrande,unpeumince,avecdestraitsfins,déjàtirésparlesrudessesdesavieDépeignée,ensavates,grelottantsoussacamisoleblancheoùlesmeublesavaientlaissédeleurpoussièreetdeleurgraisse,ellesemblaitvieilliededixansparlesheuresd’angoisseetdelarmesqu’ellevenaitdepasserLemotdeLantierlafitsortirdesonattitudepeureuseetrésignée–Tun’espasjuste,ditelleens’animantTusaisbienquejefaistoutcequejepeuxCen’estpasmafaute,sinoussommestombésici…Jevoudraistevoir,aveclesdeuxenfants,dansunepièceoùiln’yapasmêmeunfourneaupouravoirdel’eauchaude…Ilfallait,enarrivantàParis,aulieudemangertonargent,nousétablirtoutdesuite,commetul’avaispromis–Disdonc!criatil,tuascroquélemagotavecmoiçanetevapas,aujourd’hui,decrachersurlesbonsmorceaux!Maiselleneparutpasl’entendre,ellecontinua:–Enfin,avecdu

用户评论(0)

0/200

精彩专题

上传我的资料

每篇奖励 +1积分

资料评分:

/49
仅支持在线阅读

意见
反馈

立即扫码关注

爱问共享资料微信公众号

返回
顶部

举报
资料